Pièce de théâtre « Le Crépuscule »

Cet article a été publié sur ce site : http://www.charles-de-gaulle.org/blog/2019/10/01/piece-de-theatre-le-crepuscule/

LE CRÉPUSCULE

 

DU 3 OCTOBRE AU 3 NOVEMBRE 2019
AU THÉÂTRE DE L’ÉPÉE DU BOIS
Cartoucherie – Route du Champ de Manœuvre
75012 Paris

D’après « Les Chênes qu’on abat » d’André Malraux – © Gallimard

Adaptation et mise en scène : Lionel Courtot
Avec Philippe Girard (Charles de Gaulle)
et John Arnold ou Sébastien Rajon (André Malraux)

Scénographie : Alexandre FRUH
Création lumières : Xavier MARTAYAN
Création sonore : Michaël LEFÈVRE
Technique : Suzon MICHAT
Costumes : Éléa PARDO et Habib BENTAIEB de l’Atelier 5
Construction décors : Pierre CHAUMONT / La Machinerie

Graphisme : Corinne Marianne PONTOIR
Photos : Max FREYSS et Nicolas ELSAESSER

La Fondation Charles de Gaulle vous recommande vivement cette pièce de théâtre qui met en scène l’ultime rencontre entre de Gaulle et Malraux, peu avant la mort du général. Le 11 décembre 1969, André Malraux retrouve le général de Gaulle au crépuscule de sa vie, dans la solitude de sa demeure à Colombey-les-Deux-Églises. Un dialogue stupéfiant débute alors où se révèlent deux hommes. Sous la plume d’André Malraux, humour et panache sont au rendez-vous d’une sublime joute verbale.

Digne d’un grand classique, ce tête-à-tête crépusculaire entre l’écrivain et le politique révèle avec humour et sagacité la fulgurante dramaturgie du gaullisme. De petites confidences en grandes considérations, Malraux exalte une pensée visionnaire et étonnamment actuelle qui interroge la démocratie, la notion de Peuple ou l’engagement politique des intellectuels…

La mise en scène de Lionel Courtot transcende la théâtralité d’une joute verbale épique et désenchantée. Philippe Girard et John Arnold, deux figures du théâtre français, incarnent ces grands hommes d’un siècle révolu qui, à rêver l’Histoire avant de l’écrire, fabriquèrent leur propre mythe.

L’article Pièce de théâtre « Le Crépuscule » est apparu en premier sur Fondation Charles de Gaulle.

Laisser un commentaire